Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!

Bonjour à tous..

Voilà je vous écrit car je suis perdue je ne sais plus quoi faire.

Depuis des années je souffre de dépression chronique et de phobie sociale.

J'ai commencé des thérapies il y a 7 ans. j'ai souvent changé de thérapeute pour des raisons X ou Y: je trouvais que la thérapie n'avançait pas, je n'avais plus de sous et je devais aller en CMP, je trouvais que mon ou ma psy était négatif, ect ect.

En, tout j'ai du en voir une dizaine.

Le dernier avec qui je suis restée "longtemps " c'est mon ancien psy en CMP. on s'est vus pendant un an et demi au CMP de mon ancienne ville, sur des séances un peu courtes (30 minutes)

on parlait et il me faisais parfois faire de petits exercices (relaxation ect)

j'ai déménagé en septembre dernier et j'ai du le quitter.

j'ai commencé une autre thérapie avec un psychanalyste.

au bout de deux mois j'ai tout arrêté de nouveau car je sentais pas d'amélioration.

j’étais angoissée avant, pendant et après les rendez vous. nerveuse et agacée.

en fait j'ai l'impression de ne plus supporter aucun psy. parce que je tourne en rond je n'avance pas.

certains m’agacent car ils ne disent presque rien et me regardent me dépêtrer toute seule, d'autres sont

carrément sadiques car ils appuient là où ça fait mal, d'autres sont assez mous et ne me disent pas grand chose ou bien ne savent pas quoi penser...

Je continue d’échanger avec mon ancien psy du CMP par téléphone une fois par semaine.  ça me calme un peu mais sans plus.

Je ne vais pas mieux , en ce moment je suis en phase dépressive assez forte.

Je me sens dans une impasse. Qu'est ce qui na va pas chez moi?...

pourquoi ces thérapies ne donnent elles rien? pourquoi est-ce que je change si souvent de psy? est-ce que je ne suis pas faite pour ça? est-ce que je dois changer de thérapie? et faire autre chose ? par exemple une TCC.. je n'ai pas de moyens financiers en plus...

Aidez moi je suis perdue et désespérée.

Vues : 314

Réponses à cette discussion

Bonsoir Suzanne, 

trouver le bon thérapeute s'apparente parfois au parcours du combattant, j'en ai vu plusieurs aussi et retour à la case départ avec des épisodes dépréssifs au passage et tout ce qui va avec ! 

Je pense qu'il faut régler le soucis de fond et donc repasser par la case psy, il parait que le TCC sont bien pour les phobiques comme nous, il y a aussi l'hypnose ... en tout cas dans un premier temps si tu es en phase dépressive prends bien ton traitement pour remonter la pente, ensuite tu y verras plus clair et tu pourras aller consulter et en attendant viens parler ici si cela te soulage un peu, je peux tout entendre je traverse la même chose ne restes pas seule avec ta souffrance 

Courage à toi Suzanne, il y a toujours une solutions dans la vie 

Sarah

Bonjour Sarah,

et merci pour ton message..

Non je ne prends aucun traitement contre la depression, j'ai pris des anti depresseurs il y a quelques années et ça m'a detraqué la santé dc depuis je refuse tout traitement..

je prends uniquement des plantes.

Oui je voudrais faire une TCC pour soigner ma phobie. Je vais me renseigner au CMP.

sinon les psychiatres.

Honnetement c'est super dur de se soigner ici à Paris car la vie est trop chère j'ai pas les moyens de payer un psy dans le privé.

mais on va voir dans le temps avec mes soucis si ça s'arrange un peu financièrement je pourrai peut etre mettre un peu de sous là dedans.

l'hypnose j'ai déjà essayé en vidéo mais pas en vrai. je pense que ça marcherait bien sur moi..

C'est gentil de me soutenir en tous cas.

Là je suis vraiment pas bien en ce moment, j'ai mon ancien psy qui continue heureusement de me suivre par téléphone mais là il part deux semaines ça va être chaud.

Je vais rappeller le CMP essayer d'avoir un rdv rapidement.

En général les delais sont un peu longs...

j'ai déconné ils m'avaient proposé une place il y a quelques temps et j'avais dit non..

je dois repartir à la case départ.

oui c'est très dur de changer de psy toutes les 3 semaines... epuisant.. déjà quand on est instable.

Moi je m'appuie sur mes proches pour tenir le coup; les plantes , les medecins et mon psy par téléphone.

C’est pas encore le top niveau suivi mais bon..

en plus là on est en hiver donc ça joue beaucoup..

Et toi tu as quoi comme soucis psy? tu es suivie par qui?

Bises et à bientôt

Bonsoir Suzanne,

Votre témoignage m'a touché car je me reconnais dans votre parcours.
J'ai 38 ans et j'ai cherché des solutions concrètes et durables à ma dépression dès l'âge de 19 ans.

Comme vous, j'ai eu l'impression de tourner en rond. J'ai vu pas mal de psys (psychologues cliniciens, psychothérapeutes, psychiatres) sans résultat à long terme. J'ai vu 14 personnes différentes au total.

Je commence à être heureux maintenant (depuis le mois de juillet 2017) car des changements positifs sont en train d'évoluer en moi.
Comme vous, j'ai constaté que les antidépresseurs et autres solutions chimiques amenées par la médecine allopathique n'offrent pas de solutions à long terme et sont même parfois délétères pour la santé ou du moins pour permettre un "travail de fond".
En effet, ceux-ci modifient la chimie du cerveau et donnent l'illusion que le problème est résolu. Ils masquent les symptômes en empêchant ainsi de soigner la cause réelle du problème.
Bref, même si j'ai diabolisé la médecine (ou plutôt la plupart des "professionnels" de santé que j'ai été amené à rencontrer et qui ne m'ont été d'aucune aide), je dois reconnaître que certaines personnes en ont besoin à certains moments pour pouvoir remonter la pente et pour éviter de mettre fin à leurs jours.

Afin de pouvoir vous aider au mieux, vous dites: Je ne vais pas mieux , en ce moment je suis en phase dépressive assez forte. ".
Qu'entendez-vous par "assez forte" ?
Pourriez-vous me donner une idée de ce à quoi ressemble votre quotidien avec des exemples svp ?

A bientôt.

Bonsoir Ced,

et désolée de répondre si tard à votre message.

En fait j'ai traversé ces dernières semaines des épisodes assez durs.

je ne me souviens plus de tout mais en gros j'ai eu des semaines où je perdait pied totalement.

la nuit des insomnies avec des pensées obsessionnelles, des angoisses.. du coup je dormais peu et toute ma vie était déréglée: plus de ryhtme de vie, en retard sur tout, la maison qui déborde de bazar ect..

j'ai eu aussi des épisodes de blues..

je ne sais pas comment expliquer tout ça c'est assez difficile.

j'ai eu des échanges avec mon psy par mail qui m'a de nouveau conseillé de prendre un traitement.

j'ai refusé une nouvelles fois. mais du coup je vais le revoir bientôt pour essayer de reparler de tout ça .

Je suis complètement perdue.

Il y a des phases où je vais à peu près bien, par exemple comme aujourd'hui, j'ai le moral, je suis active même si j'ai quelques angoisses.

ensuite il suffit qu'il se passe un truc dans ma vie pour que je "retombe"...

j'espere être plus claire.

Et vous comment vous en êtes vous sorti? vous dites que ça va mieux.

à bientôt

Bonsoir Suzanne,

En fait, j'étais comme vous quand vous dites "ensuite il suffit qu'il se passe un truc dans ma vie pour que je "retombe"..."

Je pense qu'une des clés est de consolider votre sécurité intérieure.
Pour cela, vous devez renforcer votre confiance en vous et en vos capacités (car vous en avez beaucoup, j'en suis certain).
Comment ?
En faisant des choses qui ont du Sens pour vous. C'est la base.

Cela vous permettra d'augmenter vos taux de sérotonine et d'ocytocine et donc de vous sentir mieux dans votre peau.

J'ai pris des anti-dépresseurs de mes 16 à mes 37 ans et je les ai arrêtés au mois de janvier 2017 car je me sentais prêt à avancer autrement.

Les antidépresseurs ne détraquent pas la santé. Ils modifient juste la chimie du cerveau le temps du traitement, le temps de placer les fondations d'un bonheur durable, celui qui se trouve en vous.
Si vous n'avez rien mis en place et que vous vous sentez déprimée, très instable au niveau de vos émotions et bourrée d'angoisses, je pense qu'il est sage d'envisager la prise d'un traitement.
La prise d'un traitement n'est pas une chose irréversible et s'est important de le savoir. Il peut être momentané, le temps de mettre en place des changements intérieurs et des stratégies pour gérer plus sereinement certaines situations comme les phobies (les TCC sont très efficaces pour cela, tout comme la sophrologie).

Quand je relis votre message initial et le dernier, j'ai l'impression que vous attendez beaucoup trop de vos thérapeutes. Le thérapeute n'est là que pour vous apporter des clés. C'est à vous de faire le travail et de mettre les clés dans les bonnes serrures. Vous avez en vous (même si vous n'en avez peut-être pas encore conscience) toutes les ressources pour pouvoir le faire, j'en suis convaincu.
Le frein à cela est le manque de confiance en vous.
Vous êtes responsable de votre propre bonheur. Sachez qu'il n'y a là aucun jugement de ma part. Je suis juste là pour vous aider. 

Si je me sens beaucoup plus heureux aujourd'hui, c'est en commençant à mettre des choses très simple en place dans ma vie.

Pour sortir de mon état dépressif chronique, j'ai mis en place un rituel très simple: commencer ma journée en faisant une chose simple (la plus simple possible pour moi à l'époque; il faut commencer petit) qui me procure du bien-être. Dans mon cas, j'ai choisi de boire une tasse de thé d'origine (je suis passionné par le thé et sa culture) en pleine conscience.

Ensuite, je suis en train de suivre une formation en sophrologie depuis 1 an et demi et cela m'apporte beaucoup humainement. Cela me permet aussi de reprendre contact avec les autres et de voir qu'il existe des personnes intelligentes et bienveillantes. Cela permet aussi de voir que nous ne sommes pas seuls dans les difficultés.

J'ai été diagnostiqué TDAH (Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité) à l'âge de 34 ans et HP (Haut Potentiel) à l'âge de 37 ans. Je ressentais un profond décalage entre les autres et moi depuis l'âge de 13 ans (moment où cela a commencer à me faire souffrir).
J'étais envahi de pensées en permanence et c'est cela ainsi que mon licenciement suit à mon burn-out qui m'ont fait réfléchir et mis sur la piste de l'hyperactivité et ensuite le HP.

Cela m'a permis de mettre en place des stratégies adaptées (tirées de livres, d'expériences propres, de témoignages) à ma condition neurologique particulière (que j'accepte de mieux en mieux mais pas encore à 100%).

Ma thérapie m'aide aussi. Même si elle met parfois le doigt là où cela fait (très) mal par moment, cela me permet de faire une relecture (différente et riche d'enseignements) de mon histoire. Ma thérapeute pratique aussi l'EMDR qui permet de diminuer fortement l'impact émotionnel (handicapant) de traumatismes vécus.

La méditation (avec un mala) m'apporte aussi énormément. Elle m'a permis de retrouver le sommeil (je mettais parfois plus de 4h pour m'endormir + réveils nocturnes).
Elle me permet de cultiver la gratitude mais aussi de renforcer et d'ancrer des choses positives en moi.  

Je crois aussi que tout a réellement changé le jour où je me suis retrouvé complètement seul et incompris dans mon malheur.
J'ai alors pris conscience que mon bonheur est de ma responsabilité et que personne d'autre n'en serait jamais responsable.
C'est très dur à accepter mais c'est une évidence aujourd'hui et cela me permet de mettre plus de choses en mouvement.
L'autre n'est pas là pour combler nos manques.
J'avais aussi peur de devenir quelqu'un d'égoïste (ce que je n'ai jamais été) mais en étant bienveillant d'abord pour soi-même, on peut l'être réellement pour les autres et faire rayonner son propre bonheur intérieur autour de soi.

Vous savez, chaque parcours de vie est différent et cela n'est que mon exemple.
J'ai vécu des choses très difficiles et traumatiques depuis l'âge de 2 ans et demi jusqu'à mes 34 ans.
Vous avez, vous aussi, vécu des choses très difficiles que je ne connais pas. C'est la raison pour laquelle il m'est difficile de pouvoir vous apporter les bonnes clés.


En espérant vous avoir apporté des pistes de réflexion, je vous souhaite le meilleur et surtout: croyez en vous car moi je crois en vous car je sais que vous avez en vous toutes les capacités pour avancer vers un avenir positif et plein de Sens pour vous.

Belle soirée à vous,
Ced.

Bonjour Ced.

Je ne vois votre réponse que maintenant, désolée.

Merci pour votre long message et votre soutien.

Je suis heureuse que vous alliez mieux et ayez trouvé des réponses et solutions en vous.

Je continue de penser que les anti depresseurs sont mauvais.. Si je vous racontait mon parcours vous comprendriez. Or vous vous basez sur votre propre experience avec les Ads qui a l'air d'être positive. Chaque personne est differente et chacun régit différement.

Pour ma part je suis hypersensible et ne supporte aucun traitement médicamenteux lourd (je peux vous dire que j'en ai essayé...)

ça étonne toujours les gens mais c'est ainsi...

je suis d'accord avec vous sur le fait de prendre ses responsabilités, de prendre confiance en soi. C'est ce que j'essaie de faire.

Je suis en train de charcher un nouveau thérapeute près de chez moi.

Je suis ok de dire que ce n'est pas aux psys de m'aider, mais à moi même à travers eux.

J'ai compris ça et que j'avais trop de passivité.

Néamnoins il faut que je trouve une personne qui me convienne. Et c'est ce que j'essaie de faire.

aller à des rdv en se sentant mal en sortant du cabinet, je ne veux plus. quel intéret.? et pas trop loin de chez moi non plus, sinon je jette l'éponge et c'est pas le but.

Moi aussi je medite parfois, mais pas assez.

Je n'ai pas les moyens de faire des therapies couteuses, ou nombreuses.

Du coup je vais essayer de trouver un psychiatre remboursé ou bien un centre gratuit.

Il y a un centre gratuit près de chez moi, ce sont des psychanalystes. j'hesite à y aller car j'en ai marre de la psychanalyse...

Mais pourquoi pas essayer une séance.

je sais que je dois me remuer mais defois j'ai plus la force. j'ai envie de baisser les bras. mais je sais que personne ne viendra me chercher.

Voilà je ne sai pas quoi ajouter. votre histoire me fait envie et j'aimerai vivre la même chose. je ne comprends pas pourquoi certains avançent comme vous et d'autres stagnent pendant des années..

J'espère que je vais trouver des moyens d'aller mieux .

vous avez eu des diagnostics adaptés et des therapies adaptées. C'est pas toujours si simple. Par exemple moi personne ne m'a diagnostiquée de phobie alors que j'en ai bel et bien une...

faire des choses qui ont du sens: cette phrase me parle beaucoup. j'ai parfois l'impression de fonctionner comme un robot, sans but ni ressentis. fonctionner comme une machine. j'ai oublié de faire ce que j'aimais .

Merci pour vos pistes de réflexions qui vont m'apporter beaucoup je pense.

Bonne journée

Bonsoir Suzanne,

Merci pour votre message.

Je suis content que vous compreniez ce que j'ai voulu vous dire concernant votre responsabilité face à votre bien-être futur.
J'avais peur de vous blesser, ce qui n'est évidemment pas le but.

J'aimerais juste ajouter/corriger certaines choses:

Non, mon expérience avec les antidépresseurs n'a pas été positive dans l'ensemble. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je les ai arrêtés. Je suis comme vous quelqu'un d'hypersensible qui réagit souvent de manière différente (et bizarre) que la plupart des gens et de ce que la médecine attendrait comme réaction.
J'ai d'ailleurs tout un temps essayer des médicaments pour dormir, puis, j'ai arrêté car les effets négatifs induits par ceux-ci (que visiblement la plupart des personnes ne ressentent même pas) ne me permettaint pas, soit de dormir, soit de passer une journée dans un état correct le lendemain.
Donc, oui, je vous comprends à 100% par rapport à cela.

Je pense que pour avancer plus sereinement dans mon parcours personnel, il m'a fallu me connaître réellement.
C'est seulement à partir de ce moment là que je suis parvenu à m'adresser aux personnes les plus aptes à pouvoir m'aider et surtout à trouver des outils adaptés à ce que je suis et à mes problématiques.

J'ai été suivi par un psychiatre pendant 1 an et demi. Il est spécialisé dans le TDAH.
J'ai dû arrêté (alors que je suis bien TDAH) car cela devenait une réelle source de souffrance pour moi car il était incapable de pouvoir m'aider.
La raison est très simple (et garder bien cela en tête si vous aller voir un psychiatre): un psychiatre est avant tout un médecin et un prescripteur. Même s'il a l'envie et l'écoute pour vous aider, il n'en a pas les ressources (autres que médicamenteuses). Visiblement, vous ne rentrez pas dans les cases de la médecine et je ne voudrais pas que cela soit une désillusion de plus pour vous. 

Concernant la psychanalyse, je pense qu'il est clair qu'elle n'a pas fait ses preuves depuis bien longtemps. Un(e) psychanalyste n'est pas dans l'écoute active. Il (elle) vous fera juste parler pour (parfois) prendre conscience de certaines choses mais cela ne résout bien souvent rien du tout. On a conscience que la pelote de laine est complètement emmêlée (on peut même en connaître la cause) mais cela ne changera rien à la souffrance et le psychanalyste ne sera pas là pour vous apporter des outils ou des stratégies pour y arriver !

Ne perdez pas courage, j'ai stagné (le mot est faible) pendant des années avant de chercher sans relâche des solutions adaptées (et c'est ça la clé aussi) à qui je suis réellement.
Ne croyez pas que ma vie est merveilleuse chaque jour. J'ai encore des choses à régler et j'y travaille.

J'aimerais vous donner une petite astuce qui j'espère vous aidera comme elle m'aide dans les périodes plus sombres et de doute: garder en tête l'image d'un voilier.
Un voilier, pour atteindre son but (dans notre cas, le bien-être ou tout autre but choisi par vous), le voilier doit avancer par étapes avec le vent. Il prend le vent pour avancer en diagonale vers la gauche (c'est la première étape), puis vers la droite (c'est la seconde étape), puis de nouveau vers la gauche (c'est la troisième étape) et ainsi de suite.
Ce qu'il faut retenir, dans les moments de doute, c'est qu'il s'agit juste d'une étape un peu moins positive dans le processus. Le voilier (c'est à dire vous) continuera à avancer vers son but et passera à une étape plus positive.
Une étape négative peut durer quelques jours, même plusieurs semaines. Le principal est de garder en tête que l'on finira toujours par avancer et que cette étape négative sera remplacée un jour par une étape positive.

J'ai d'ailleurs imprimé ce schéma du voilier qui avance par étapes. Je l'ai collé à un endroit visible tous les jours (sur mon frigo) pour me rappeler que, même dans les périodes de doute, j'avance et que cette étape négative est momentanée.

Prenez soin de vous,
Ced.

Bonjour Ced.

Merci encore de votre réponse qui m'éclaire encore davantage et qui m'aide. ça me confirme mon ressenti.

La guérison est un chemin, parfois long, où il faut toujours s'accrocher et garder espoir.

je suis croyante aussi et j'ai des pratiques spirituelles ce qui m'aide beaucoup.

J'ai de nouveaux éléments à vous apporter.

suite à de nombreuses discussions avec mon medecin, celui-ci m'a envoyée chez une psychiatre.

je n'avais été qu'une seule fois chez un psychiatre et ça s'etait mal passé. celui ci était desagréable et on s'est engueulés au sujet des medicaments.

cette fois ci ce fut différent.

je fut reçue par une femme assez froide en apparence mais qui s'est montrée dans l'écoute.

elle est psychiatre ET psychotherapeute; donc elle pratique des psychotherapies ET elle prescrit des medocs.

C'est important de le souligner (contrairement au psychiatre que vous avez vu)

en une séance ça a été très vite elle m'a posé énormément de questions, fait passer un test.

elle m'a diagnostiqué une cyclothymie ( maladie ressemblant aux troubles bipolaires)

ceci explique mon instabilité, mon hypersensibilité, mon hyper émotivité ect. je suis aussi phobique et anxieuse mais cela fait partie de la maladie.

je passe par des hauts et des bas sans cesse, je suis euphorique et déprimée d'un moment à l'autre, parfois dans une même journée.

ça explique mon épuisement chronique et aussi mes problèmes hormonaux (dus au stress permanent).

On a parlé des médicaments, elle m'a dit que je n'avais pas eu les bons traitements (anti depresseurs). elle a entendu mon inquiétude vis à vis de cela et ne veut pas me forcer à en prendre.

mais elle me conseille d'essayer un autre traitement. ce sont des regulateurs d'humeurs,; utilisés aussi en troubles bipolaires.

Pour l'instant je suis réticente donc elle me laisse du temps.

elle est respectueuse de ça mais dit que sans medocs on guerit pas ou moins vite.

Elle est formée en hypnose, EMDR (deux techniques que j'ai toujours voulu tester)

Voilà donc le positif de cette rencontre:

-découverte et compréhension de ma cyclothymie

-remué plein de choses en une séance, bonds en avant

-une femme experimentée et très qualifiée

-respect et comprehension de mon rejet des medicaments

-consultation remboursée en partie

points négatifs:

-cabinet situé en zone industrielle (source d'angoisse pour moi)

-medecin assez autoritaire

-première séance très speed et hard

-vouloir me faire prendre des médocs

-femme parfois agressive (au téléphone surtout)

Je laisse un peu décanter ça. le rdv m'a chamboulée, remuée.

je me donne du temps pour la revoir et rencontrer d'autres therapeutes.

je ne sais pas si c'est "la bonne" mais elle a l'air douée.

Voilà dis moi ce que tu en penses.

Bonjour Suzanne,

Je suis content de pouvoir vous lire à nouveau et de vous voir avancer.
Cela me fait d'autant plus plaisir que je n'attendais pas vraiment de réponse.
Mon but étant juste de pouvoir vous aider.

Vous savez, vous ne trouverez jamais la personne parfaite (ou "LA" bonne personne) pour pouvoir vous aider, tout simplement car vous êtes la personne la plus apte à pouvoir vous apporter les solutions qui vous seront réellement adaptées.
Le thérapeute, médecin ou pas, sera toujours une sorte de révélateur.
Votre bien-être vous appartient et je sais que vous avez en vous toutes les capacités pour avancer vers le chemin de l'harmonie avec vous-même et les autres.

Je parle de bien-être et non de guérison car je ne suis pas convaincu que vous soyez "malade".
Comprenez-moi bien, cela ne veux absolument pas dire que vos difficultés (anxiété, phobies, moments de désarroi, changements d'humeur violents et répétitifs sur une même journée, hypersensibilité, hyper-émotivité...) ne soient pas réelles ou sources de grande souffrance.

Je veux dire simplement que pour la médecine (et en occurrence votre psychiatre), vos symptômes trouveront toujours une correspondance au niveau d'une maladie référencée dans le DSM-5 (la "bible" des maladies en psychiatrie).

Plus je vous lis et plus je me dis que vous êtes une personne hypersensible et à haut potentiel car vous en présentez tous les aspects.
Cela n'est évidemment pas considéré comme une maladie par la médecine mais la réalité est que ce mode de fonctionnement atypique (lorsqu'il n'est pas conscientisé par la personne elle-même) peut être un réel handicap pour fonctionner correctement avec soi-même et avec les autres. La conséquence de cela mène la personne à rester coincée dans un état de réelle souffrance et à finir par tomber malade (dépression, TAG (trouble anxieux généralisé)...).

Ironiquement, ces maladies (dépression, TAG...) sont, elles, bien connues et ont leur place dans le DSM-5 avec les traitements adaptés.
Le souci, c'est que certaines personnes qui présentes ces maladies ne peuvent pas être soignées correctement car à la base elles ne sont tout simplement pas malade mais différentes dans leur mode de fonctionnement. Ces personnes finissent par s'épuiser car elle s'efforcent de fonctionner comme 90% des gens et ressente un décalage permanent qui est source de souffrance. Elles finissent par s'éloigner d'elle-mêmes (et donc des autres) car leur vie n'a plus réellement de sens. Elles sont un peu en mode automatique, comme un robot.

Je vous invite à faire des recherches sur internet sur le haut potentiel (Jeanne Siaud Facchin est une référence fiable dans ce domaine). En fait cela fait sens par rapport à votre discours car dans une vidéo, elle expliquait que la personne HP (haut potentiel) est hypersensible de nature et que même une simple odeur (pour la plupart des gens) peut plonger cette personne dans un gouffre et la faire passer d'un état de bien-être à un état de tristesse profonde, de colère...

Quoiqu'il en soit, mon but n'est pas de semé le trouble dans votre esprit mais de vous donner des pistes pour mieux vous connaître et donc mieux vous diriger vers les bonnes personnes ou les bonnes sources d'information.

Je trouve très positif que votre psychiatre soit formée à l'hypnose et à l'EMDR qui sont deux techniques reconnues efficaces et qui gagnent peu à peu une crédibilité aux yeux de la médecine. Ces deux techniques travaillent sur le fond du problème (et non pas simplement sur les symptômes comme le feraient les médicaments) car elles permettent de s'adresser directement à l'inconscient (pour l'hypnose) et de permettre au cerveau de digérer des évènements traumatiques mais pas que (pour l'EMDR). Tout cela est précurseur de grands changements intérieurs qui sont la clé d'un mieux-être profond et durable.

Je vous souhaite le meilleur et je compte sur vous pour me donner des nouvelles qui seront, je l'espère de tout coeur, positives pour vous.
Prenez soin de vous.
Ced.

Merci Ced pour votre réponse. Vous m'aidez beaucoup à avancer et à y voir plus clair...

Je ne sais pas si je suis une personne à Haut potentiel. J'irai me renseigner là dessus; merci. Par contre, hypersensible et cyclothymique, ça oui c'est sûr.

Rien que l'hypersensibilité est une chose très importante à reconnaitre. C'est une amie qui m'a dirigée vers cela, elle aussi est hypersensible. Puis j'ai découvert des vidéos là dessus.

Quand on se connait et quand on se comprend, ça aide à avancer. C'est plus positif que de parler de "maladies". On se sait juste différent, atypique. Ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi.

Je pense que j'ai un travail à faire là dessus, à m'accepter tel quel avec ces différences, à mieux me connaitre , connaitre mon fonctionnement. à lire des livres sur l'hypersensibilité, la cyclothymie...

J'ai souvent entendu ma mère me dire "tu es hypersensible", comme si c'était quelque chose de mal..

Je ne ressemble pas aux autres membres de ma famille. Je me sens toujours à part , dans des groupes, des sociétés..

C'est pour ça que je tiens à travailler sur plusieurs points:

-ma thérapie, avec ma nouvelle psy. Mais sans médicaments. j'ai peur de l'hypnose et de l'EMDR mais je sais que c'est efficace.

-faire un bilan de compétences, pour trouver ma voie. Je pense que c'est essentiel car sinon je ne ferai que des jobs inappropriés, qui ne me conviennent pas, comme mon job actuel, et je resterai en souffrance.

peut être dans ce bilan on va mettre en avant mon hypersensibilité et trouver un domaine où je puisse l'exploiter

-la créativité. c'est important car nous les hypersensibles avons besoin de de cela pour nous exprimer et communiquer avec le monde. par ailleurs la sensibilité s'exprime et c'est vu de manière valorisante aux yeux des gens (ceux qui nous rejettent habituellement ou ne nous comprennent pas)

- lire encore et encore, des livres de psychologie, sur le cyclothymie, l'hypersensibilité

-travailler mes "dons" de clairevoyance. je perçois des choses et là encore c'est plutôt un atout. là aussi je me sens à part et je n'en parle pas à tout le monde.

Donc globalement je pense que je me connais bien mais que mon mode de fonctionnement , mon mode de vie actuel n'est pas adapté à qui je suis , d'où ma souffrance. Ne pas trouver ma place...se sentir rejetée...

j'aimerai aussi changer de vie et partir à la campagne. exercer un métier à la campagne, ou en province, en tout cas hors de Paris.

je vous remercie car grâce à nos échanges je vois que je progresse peu à peu.

Ma seule envie est d'être heureuse , en paix, et trouver ma place dans ce monde.

Bonne soirée à vous

Bonsoir Suzanne,

Cela m'a fait très plaisir de lire votre message.

Je vois que vous êtes déjà loin dans votre travail personnel et que vous vous connaissez de mieux en mieux.
Si j'ai juste un petit conseil à vous donner concernant l'hypnose et l'EMDR, c'est de parler de vos craintes à votre psychiatre.
Elle est formée à cela et saura certainement trouver les mots justes pour vous rassurer.

Au-delà de l'envie et de la conscience des choses à faire (ou changer) pour avancer, il y a parfois des blocages inconscients qui peuvent être levés avec ces deux techniques. Ce travail personnel n'est pas toujours facile ou agréable mais cela en vaut toujours la peine. La persévérance est aussi la clé.

Je vous souhaite bonne continuation sur votre chemin.

N'hésitez pas à me donner de vos nouvelles (bonnes ou moins bonnes) de temps en temps.
Cela me fait toujours plaisir de vous lire et de pouvoir vous aider.

Belle soirée à vous et à bientôt.
Ced.

bonjour , 

j'ai lu vos textes et ceux de Ced (qui qont très bien ) avec un petit - pour moi car , Suzanne vous dites quelque chose dans votre dernier message (et plus on parle , plus on se dévoile) dans ce texte donc j'ai remarqué cette phrase : 

Donc globalement je pense que je me connais bien mais que mon mode de fonctionnement , mon mode de vie actuel n'est pas adapté à qui je suis , d'où ma souffrance. Ne pas trouver ma place...se sentir rejetée...

j'aimerai aussi changer de vie et partir à la campagne. exercer un métier à la campagne, ou en province, en tout cas hors de Paris.

connaissais vous "maniaco-depressive" ?  vous n'êtes peut être pas tout ce que vous avez dit et encore moins bipolaire , car j'ai le même symptôme que vous et c'est tout à "maniaco - depressive" ! 

vous ne pourrez rien trouver chez les psychiatre et dans aucune médication !! car ce n'est pas l'effet d'une maladie car être maniaco depressive et une volonté chez quelqu'un que tout soit bien et lorsque quelque chose ne va pas comme tout ce qui est écrit dans votre phrase celle qui m'a frappé ! et bien vous avez beaucoup de choses à faire afin d'être mieux ! 

je paris que si votre tapisserie vous enerve , vous voulez la changer mais faut de pouvoir le faire , vous aller être triste et ensuite déprimer !!

comme vous j'ai tout essyé ! et je n'arrive pas à changer par contre je sais très bien ce qu'il faut faire dans ces conditions (pas à pas trouver ce qu'il vous faut pour enlever tout ce qui vous gêne ou au moins le plus important ! 

c'est le plus dure "le faire" !! car maniaco-dépressive veut aussi dire se precipité pour changer et finalement ne rien trouver de mieux ! 

donc faire une liste de ce que vous voulez changer , les choses possibles , et avant de le faire réfléchissait bien à comment le faire où aller , ne déménagez pas n'importe où , cela peut vous perturber ! 

après pour les détails et bien oui si quelque chose ne va pas dans votre vie il faut soit essayer de l'adapter comme il vous semble le mieux ! 

toujours pareil changer de vie pour quelqu'un de sensible comme tout maniaco-depressif il vous faudra bien réfléchir à changer mais pour que ça vous intéresse , que cela vous convienne vraiment , que ça vous plaise (par exemple un travail) il faut que dès le début vous vous y sentiez bien !! si vous changez de ville pareil , regardez tout , regardez bien si vous y sentirait bien et pas de passivité il faut que ça vous corresponde ! 

être maniaco - dépressive est un parcours de tous les jours , ça vous renforcera en même temps de faire attention à ce que vous choisissez ! 

pas trop d'inquiètude  , j'ai vraiment du mal à vivre ceci , j'ai acheté un jour des vêtements très chers , que j'ai jeté car ça ne me correspondait pas ! j'ai pris un appartement qui ne me plaisait pas et je déprime compètement car je veux en partir depuis lontemps et .... devinez quoi les médicaments m'empêche totalement de faire les démarches nécessaires ! m'enlève les seules forces que j'avais de pouvoir partir ! et les médicaments pour un sensible maniaco-dépressif et une erreur total ! car il a besoin de toute son énergie et de toutes ça force mentale pour faire face à tout ce qui l'entoure , j'allais bien mieux avant les traitement maintenant je suis comme morte ...... je ne peux plus même lire un livre ce qui me sauvait avant de mes moments d'ennui ! 

mais sans personne selon votre caractère , car si vous vous sentez la possibilité de faire les choses seules ça va , mais si vous avez un caractère qui à besoin d'être entourer j'espère alors que vous serez entouré de personne bien qui ne vont pas profité de vous et ne va pas vous ennuyer , et surtout vous aider , là où vous en avez besoin ! 

là aussi il faut que vous fassiez attention (mais c'est ce qui vous donne votre force de faire attention à qui vous parler , à vos choix etc..) ne parlez donc pas à des gens dont vous n'êtes pas sûr totalement ! 

dans votre cas vous avez besoin de voir ce que vous voulez changer et si  vous n'y arrivez pas  vous déprimez :/ 

souvent au début , on ne sait pas pourquoi on déprime surtout dans un état maniaco-depressif ! 

par contre vous pouvez trouvez ce que vous voulez vraiment en vous attachant à trouver les moyens de le faire mais en calculant comment vous voulez que ce soit au final déjà ce sera une liberté pour vous , par contre vous rencontrerez toujours quelque chose qui vous feras déprimer c'est là qu'il faudra vous relaxer et trouver encore comment enlever ce problème ! etc... 

jusqu'à ce que vous trouviez un bon système afin de vous barricader de ces choses qui vous dérangerons , car il y en a tout le temps dans ce cas .... mais peut-être pas si avant de faire les choses comme je l'ai dis plus ce qui sera salvateur et de bien penser et réfléchir juger de où , si vous vous y sentait mieux ! 

aussi essayer de savoir si vous êtes visuelle , auditive , ou olfactive car selon cela vous pouvez savoir ce qui vous dérange le plus ( les sons , les odeurs , le visuel des choses , éléments ! ) 

et pour finir , si vous êtes comme moi quelqu'un qui a besoin de ne pas être seule , il faut trouver quelqu'un à qui parler ce serait un plus , bien sûr votre caractère vous permet d'agir seule mais des fois c'est important , mais pas pour ne rien dire , et surtout pas pour perdre votre temps ! 

c'est pas à pas que vous devez faire votre chemin et oubliez ce psychiatre (genre très efficace ) les cachets vont  détruire votre force , seule compagne véritable dans votre situation et votre mental seul échapatoir de vos coup d'ennui ou de blues ! mais discuter avec quelqu'un ce peut-être un atout ! au début mais surtout vous devez enlever petit à petit les choses dérangeante pour votre esprit qui se perturbe et tombe dans la depression quand il voit que ça ne va pas comme il voudrait ! 

moi personnellement , je ne peux rien faire , je n'ai plus de courage , de force pas anti-dépresseur mais médicaments à dépendance et pour vous dire je ne sors même plus car je suis visuelle , et je ne supporte pas les gens où je suis , je suis sensible et je ne supporte pas les gens où je suis ! je ne supporte pas d'être seule et je m'y retrouve (no famille) :/ réelle ! 

il faudrait que vous commenciez dès maintenant à noter , ce que vous voulez changer , en premier un petit truc et réfléchir après aux plus grands .. car si vous attendez trop longtemps , vous tomberez , et les sensibles maniaco - dépressifs on tendance à préférer tomber , car tout ce qui ne va pas fatigue énormément leurs facultés et fnissent par craquer ou faire n'importe quoi , ou ne plus rien faire et se laisser tomber ! car ils n'en peuvent plus ça fatigue les nerfs , le mental et une fois fatigué plus caractérisé comme  un épuisement moral ! car c'est le cas de cette dépression et bien c'est plus difficile d'agir ! 

avant j'avais la force de faire beaucoup de choes, mais je n'étais jamais heureuse de rien en fin de compte et un jour bien j'ai craqué , j'ai tout laissé tomber et le jour où j'ai pris un caché pour aller mieux c'était fini de moi , la seule force que j'avais encore afin de remonter par ma volonté personnelle , ce seul cachet m'en à supprimé la possibilité ! 

j'ai compris ainsi votre dépression je me trompe peut-être qui c'est si c'est possible que ce soit votre cas ! 

et si alors c'est le cas , n'oublié pas de tout faire pour que vous vous sentiez mieux en calculant bien vos choix quitte à les noter et les réexaminer deux jours après , là où vous êtes sûre d'être bien et qu'ainsi votre esprit se repose étant libéré des choses qui le dérange ! 

ce n'est pas facile mais c'est votre seule façon de vous renforcer et de sourire ^^ 

salutations :) 

Suzanne Robert a dit :

Merci Ced pour votre réponse. Vous m'aidez beaucoup à avancer et à y voir plus clair...

Je ne sais pas si je suis une personne à Haut potentiel. J'irai me renseigner là dessus; merci. Par contre, hypersensible et cyclothymique, ça oui c'est sûr.

Rien que l'hypersensibilité est une chose très importante à reconnaitre. C'est une amie qui m'a dirigée vers cela, elle aussi est hypersensible. Puis j'ai découvert des vidéos là dessus.

Quand on se connait et quand on se comprend, ça aide à avancer. C'est plus positif que de parler de "maladies". On se sait juste différent, atypique. Ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi.

Je pense que j'ai un travail à faire là dessus, à m'accepter tel quel avec ces différences, à mieux me connaitre , connaitre mon fonctionnement. à lire des livres sur l'hypersensibilité, la cyclothymie...

J'ai souvent entendu ma mère me dire "tu es hypersensible", comme si c'était quelque chose de mal..

Je ne ressemble pas aux autres membres de ma famille. Je me sens toujours à part , dans des groupes, des sociétés..

C'est pour ça que je tiens à travailler sur plusieurs points:

-ma thérapie, avec ma nouvelle psy. Mais sans médicaments. j'ai peur de l'hypnose et de l'EMDR mais je sais que c'est efficace.

-faire un bilan de compétences, pour trouver ma voie. Je pense que c'est essentiel car sinon je ne ferai que des jobs inappropriés, qui ne me conviennent pas, comme mon job actuel, et je resterai en souffrance.

peut être dans ce bilan on va mettre en avant mon hypersensibilité et trouver un domaine où je puisse l'exploiter

-la créativité. c'est important car nous les hypersensibles avons besoin de de cela pour nous exprimer et communiquer avec le monde. par ailleurs la sensibilité s'exprime et c'est vu de manière valorisante aux yeux des gens (ceux qui nous rejettent habituellement ou ne nous comprennent pas)

- lire encore et encore, des livres de psychologie, sur le cyclothymie, l'hypersensibilité

-travailler mes "dons" de clairevoyance. je perçois des choses et là encore c'est plutôt un atout. là aussi je me sens à part et je n'en parle pas à tout le monde.

Donc globalement je pense que je me connais bien mais que mon mode de fonctionnement , mon mode de vie actuel n'est pas adapté à qui je suis , d'où ma souffrance. Ne pas trouver ma place...se sentir rejetée...

j'aimerai aussi changer de vie et partir à la campagne. exercer un métier à la campagne, ou en province, en tout cas hors de Paris.

je vous remercie car grâce à nos échanges je vois que je progresse peu à peu.

Ma seule envie est d'être heureuse , en paix, et trouver ma place dans ce monde.

Bonne soirée à vous

RSS

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2018   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation