Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!

Psychose ou névrose: (Mais vous êtes fou! Oh non!)

http://mapage.noos.fr/cabinet.lub/dicopsycho.jpg http://mapage.noos.fr/cabinet.lub/specialiste.jpg http://mapage.noos.fr/cabinet.lub/groupe.jpg http://mapage.noos.fr/cabinet.lub/autotherapie.jpg


La différence entre psychose et névrose est sans doute la première approche indispensable pour percevoir avec clarté les maladies psychiatriques de celles qui ne le sont pas.
La psychose et la névrose sont deux maladies bien distinctes :
- Une personne atteinte de psychose n'a pas conscience de sa maladie, elle ne perçoit pas ses troubles, elle n'est pas dans la réalité et n'est pas en demande de soin.
- A contrario une personne atteinte de névrose a conscience de sa maladie et est donc en demande de soin et il n'y a pas d'altération avec la réalité.


Définitions :
- Les névroses sont des pathologies de la personnalité caractérisées par des conflits intrapsychiques qui transforment la relation du sujet à son environnement social en développant des symptômes spécifiques en lien avec les manifestations de son angoisse.
- La névrose est en quelque sorte une solution adaptée par le sujet pour faire face aux difficultés qu’il rencontre dans sa relation au monde extérieur.
- La névrose entraîne une perturbation de la personnalité sans pour autant empêcher la personne de vivre normalement.
Le sujet reste donc conscient de sa maladie et vit dans la réalité.
Exemples de névroses : les crises d’angoisse, l’hystérie, les phobies, les TOC (=névrose obsessionnelle), Les obsessions, les dépressions, l’hypocondrie, etc.
- La psychose se traduit par un désinvestissement de la réalité extérieure (mécanisme de déni) et un surinvestissement de soi-même. Cette perte de la réalité se manifeste par des délires, des hallucinations….
Autrement dit, une personne psychotique est en rupture avec la réalité, le monde qui l’entoure. Il peut y avoir des ruptures familiales, professionnelles, sociales. Elle vit « dans son monde ».
Les troubles des psychoses sont presque toujours graves, parce qu’en général les invalidités consécutives sont majeures. Les hospitalisations sont nécessaires et souvent durables. Une prise médicamenteuse quotidienne semble inévitable pour stabiliser la personne. Elle altère gravement la personnalité.
Exemple de psychoses : La schizophrénie, psychose maniaco-dépressive, hébéphrénie, etc.

Traitements:
Pour une NEVROSE :
Nous parlerons de psychothérapies dans la plus part des névroses.
Lors de ces thérapies seront utilisés les TCC (thérapie cognitive et comportementale), la sophrologie, l’Hypnose ou encore l’EFT (emotional freedom technique) … Diverses techniques qui vont permettre à la personne de retrouver un équilibre et diminuer ses peurs, angoisses, stress, somatisations divers et variées face aux situations qu’elle perçoit comme anxiogène.
Pour une PSYCHOSE :
Nous parlerons des neuroleptiques, dans le traitement des psychoses, qui sont des médicaments qui agissent sur le psychisme.
Les neuroleptiques sont classés en :
-Sédatifs : ils diminuent l’agitation et l’agressivité du malade
-Anti-délirants : ils suppriment ou diminuent les idées délirantes ainsi que les hallucinations
-Désinhibiteurs : ils combattent une certaine passivité du malade.

N’hésitez pas à demander conseils si vous avez des doutes quant à la nature de votre mal être.

www.psy-coach.fr

Sophie Bernard est psychologue et coach. Sa pratique est centrée autours des Thérapies brèves (TCC, Sophrologie...) et le coaching mental. Elle exerce à Paris au 85 rue Lemercier dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / par webcam / profil complet) (70€ / 45')

http://mapage.noos.fr/cabinet.lub/videos.jpg

Vues : 6872

Commenter

Vous devez être membre de Tous psys! pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Tous psys!

Commentaire de Laëti L. le 14 juillet 2012 à 20:25

Merci pour ces précisions. Je souffre d'angoisse depuis l'âge 11/12 ans, qui s'est peu à peu transformer en névrose d'angoisse. Pourtant mon médecin a toujours préféré m' orienté sur la médication pour m'en sortir. J'ai commencé les anxiolitiques à 13 ans et les antidépresseurs à 15 ou 16 ans. J'ai aujourd'hui 38 ans, et aucun journée sans mon "traitement"... Cela signifie que je prends toutes ces "cochonnerie" depuis 25 ans. Depuis qques années, je réussis peu à peu à diminuer mes "doses", mais cette étape est très longue. De plus, c'est moi qui décide quand baisser mes doses, et non mon médecin qui ne le propose pas ! Avec du recul, je trouve cela absolument abhérent ! Si qqu'un de compétent en la matière s'était occupé de mon cas à mon adolescence, je n'en serai certainement dans l'état dans lequel je me trouve aujourd'hui. Je garde l'esppoir de m'en sortir, d'autant que je n'ai pas encore commencer à vivre... Jusqu'ici j'ai la sensation ne n'avoir fait que survivre à l'angoisse. J'ai donc ENFIN décidé de prendre le taureau par les cornes en "harcelant" mon médecin jusqu'à ce qu'il me fasse deux prescriptions pour consulter. En parallèle, je viens de prendre rdv avec une hypnotérapeute, et j'ai commencé à pratiquer les exercices proposés sur le site. Merci.

Commentaire de SANDRINE le 4 octobre 2011 à 12:57

Bonjour,

Peut-il y avoir à la fois chez un sujet une psychose et une névrose ? Etre en demande de soin et rejeter certaines idées qui pourtant semblent cohérentes. Par exemple des cas de personnalités différentes, l'une de ces personnalités aimera certaines choses alors que l'autre non sachant qu'elles sont toutes deux une seule et même personne (physique) ?

Ce n'est peut-être pas très clair ce que j'écris mais il semblerait que cela soit mon cas, je ne suis pas psychotique mais je frôle trop souvent (selon ma psy) ce côté "psychose" et dans ces cas là je rejette toutes idées qui habituellement me paraissent logiques et cohérentes.

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2018   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation