Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!

Bonjour, Je me permets de prendre contact avec vous car ce sujet correspond en beaucoup de point à ce que j'ai vécu et que je vis encore aujourd'hui. Mon histoire est longue à raconter et je comprendrais s'il n'y a pas de réponses, mais juste pouvoir l'écrire me suffira ce soir. J'ai 22 ans et le début de ma vie je le connais Grace aux récits des membres de ma famille. Je sais que quand je suis née ma mère et mon pere étaient ensemble depuis seulement 6 mois. Elle avait 25 ans et mon pere 32. Mon pere ne voulait pas d'enfants ma mère vivait dans ce but, elle tombée enceinte et à choisit de me garder. Mon pere à accepter et est tombée amoureux de sa fille, moi. Quand j'ai eu trois ans les choses ont commencées à s'envenimer entre eux et mon pere pour fuir son couple s'est mis à accepter des jobs de plus en plus moins de la maison et pour des durées de plus en plus longues. Aujourd'hui encore il me dit clairement qu'il n'a aimé ma mère que pendant ces 3 années et que s'il a choisit de ne pas la quitter c'était parce qu'elle faisait pression en m'utilisant comme monnaie. Il a vite comprit qu'elle femme il avait en face de lui. Je dois ajouter qu'elle a fait des études de psychologie sans les menées à leur terme, n'a jamais travaillé ou alors comme secrétaire de mon pere, n'a pas jugé nécessaire de passer son permis et à toujours mis en avant face à moi qu'elle était "présente et pas ton pere". Finalement quant il s'est mis à partir pendant 3mois puis 6 mois puis encore plus ma mère est tombée enceinte de mon petit frère quand j'avais 7 ans. Cette fois ci mon pere n'en voulait pas, ma mère a de nouveau fait pression en menacant de partir avec ses deux enfants et que jamais il ne les reverrait. Il a donc plié. Mais ne s'est pas arrêté dans son besoin de partir, loin, longtemps et revenait toujours les bras chargés de cadeaux. Ma mère n'a jamais levé la main sur moi ou mon frère. Par contre, elle gardait toutes les bêtises que j'avais pu faire "étant la plus vieille" dans un coin de sa tête et n'attendait pas le lendemain du retour de mon pere pour tout lui dire, ou plutôt lui reprocher. Je me souviens des crises dans la cuisine ou elle pouvait passer des heures à alterner entre hurlements et pleurs ou supplications pour qu il l'aide, qu'il soit un pere, qu'il assume son rôle. Pour pere, exédé finissait par lui dire "tu veux quoi ?? Que je lui mettes une raclée?". Les cris et les pleures s'arrêtaient net, il sortait de la cuisine et me mettait une raclée alors que je n'avais à ce moment rien dit, rien fait. Ma mère n'était jamais la. Ne l'empêchait jamai. Par contre apres elle venait des ma chambre, me mettait de la crème sur les fesses en me disant "quel monstre tu te rends compte ma fille. Moi je t'aime tellement.". Dans mon esprit d'enfant tout ce que je voyais c'etait la douceur de ma mère et que mon pere lui, me faisait mal. Finalement quand j'ai eu 12 ans ils se sont séparés. Mon frère en avait alors 5. Peut de souvenirs donc. À cet époque mon pere avait une affaire en Asie il ne rentrait donc que 2/3 mois par ans, pendant 2 ans. Et ces 2 ans je ne fonctionnais avec lui que par email. Que j'écrivais avec l'aide de ma mère. Et petit à petit ma mère qui devenait de plus en plus tristes, qui comprenait que c'était réellement finit, se laissait aller à parler avec moi comme à une amie. Elle me racontait les tromperies, me racontait l'homme horrible que mon pere pouvait être, la famille de mon père était à ses yeux fosses, ils ne l'aimaient pas, la critiquaient, étaient manipulateurs.... bref tout ce qui touchait à mon pere la rendait "tellement malheureuse". Et au fur et à mesure les lettres que j'envoyais à mon pere devenaient haine et colère. Je sais aujourd'hui que dans sa boîte mail plus d'ûe centaines de lettres d'une enfant de 12 à 15 ans lui souhaite les pires choses au monde, et renient jusqu'à son sang. Je me souviens de ma mère relisant mes lettres et me dire " je suis si fière de toi ma fille, tu es tellement mature pour ton âge, tu es extraordinaire" en pleurant. Et j'étais contente, j'étais contente parce que j'avais le sentiment que ma mère était fière et heureuse grâce à cette haine contre mon pere. À 15 ans j'ai demandé à voir une psychanalyste. Soutenue par ma mère, j'y suis allée, deteeminée à prouver que mon père était un monstre. Finalement, a raison de 2 séances par semaines, la psy m'a mise face à certaines choses, qui ont commencées à foutre mon cerveau en vrille. Je ne comprenais plus, ou ne voulait pas comprendre. Un jour elle m'a dit "arrêter de vivre de ressentir au travers de votre mère". Je suis rentrée chez moi et l'ai dit à ma mère. Le lendemain elle m'a annoncée ne plus avoir les moyens de me payer les séances. C'était mon premier déclic. Dans les dernières séances et par la suite, une certaine colère était née en moi, et comme je ne la comprenais pas je la dirigeais vers ma mère, mon pere ne répondant plus à mes lettres que par des "je t'aime ma fille". J'avais de la haine. Un peu avant mes seize sans ma mère m'a annoncée être en couple, avec une femme, prof de judo. J'ai ete surprise mais je lui ai dis que si elle était heureuse ca m'allait. Dans la nuit j'ai vomis. Plusieurs fois. Le lendemain elle m'a dit que j'étais homophobe, un monstre comme mon pere, que je lui voulais du mal. J'ai compris seulement longtemps apres que non, je n'était rien de tout cela, surtout en me faisant des amis gai. En réalité quelques années plus tôt, quand je voyais mon pere il m'avais présenté à sa copine de l'époque et je l'avais mal vécu (complexe d'Œdipe peut être ?). Quand j'étais rentrée elle m'avait dit "ton pere ne t'aime pas assez pour respecter ton avis, il t'impose quelqu'un sans meme te prévenir avant. Moi si un jour mes enfants refusent la personne que j'aime jamais je ne resterais avec". Et ce que j'ai mal vécu c'est de me rendre compte qu'elle venait de faire pareil. Quelques jours plus tard je suis rentrée dans une rage folle et j'ai voulu partir, elle m'a enfermée dans l'appartement, je hurlais. Mon petit frère de 7 ans s'est mis entre nous. J'ai dis à ma mère de le faire partir, qu'il était trop petit et que ça ne le regardait pas. Elle m'a dit "il a le droit de me défendre contre un monstre". J'ai eu mal. À ce moment. Comme jamais. Je lui ai dis "J'espère que tu crèveras". Finalement elle a appellée sa copine, qui est arrivée et m'a plaquée contre le mur, me tenant au niveau du cou et me hurlant "tu menaces de tuer ta mère ? Tu veux que j'appelle les flics? Tu t'en prends à elle parce qu'elle n'est pas forte ? Prends t'en a moi !". Très effrayée je me suis mise à pleurer, j'ai dis à ma mère de lui expliquer que je n'avais pas dis ça comme ça. Elle était dans un angle de la pièce, les bras croisés à me regarder comme si je n'étais personne. Sa copine m'a mise à la porte, à jeter dans les escaliers tout ce qui m'appartenait en me disant de dégager. Ni ma mère ni mon frère n'étaient la. J'ai finalement appeler mon père qui est venu me récupérer dans les heures qui ont suivis alors qu'il n'habitait plus dans cette ville. C'était étrange de le revoir, comme un inconnu fatigué et malheureux. Je pouvais sentir sa souffrance. Ca m'a mis une claque. Tout était une claque. Avec mon appuis il a décidé d'entamer une procédure pour la garde partagée. Apres des mois, d'entrevue dans un lieu neutre avec mon petit frère ou il venait paré de son casque audio, de la dernière game boy.... bref de tout ce qui pouvait faire obstacle à la discussion. Apres que chacun de nous ai vu le psychiatre des affaires familiales le verdict est tombée. Ma mère était effectivement manipulatrice, mon frère notamment déclaré du haut de ses 10 ans que je le battais, ma mère n'avait autre But que de détruit l'image meme du pere. Pourtant malgré tout ca, ils ont décidé qu'ils ne prendraient aucune décision. Pour eux, mettre en place la garde partagée reviendrait à mettre mon frère dans une position où il s'interdirait des rapports avec mon pere pour le bien être de ma mère, que c'était donc trop dangereux psychologiquement pour un enfant. Ils ont proposé de le mettre en foyer. Mon pere à tout laissé tomber. Depuis il ne l'a plus jamais revu. Et aujourd'hui, en ayant rétabli le contact avec ma mère, qui persiste à être la maman parfaite pour moi, je vois mon frère 2/3 fois par ans, je ne le connais pas, je n'ai pas le droit de prendre de photos de lui, pas le droit de le voir seul, pas le droit de m'inviter chez moi, avec comme excuse que je suis en lien avec mon pere et que mon frère du haut de ses 16 ans ne considère pas qu'il est le sien. Et chaque fois que j'ai le malheur de dire ce que je penses à ma mère, parce que oui, parfois moi meme je n'arrives pas à faire semblant, je n'ai plus de nouvelles de mon frère ou alors des messages haineux. Voila, j'ai finis. Je crois que c'est trop fouilli écris comme ça, raconté en abrégé, mais au moins c'est ca. Ma mère est pire qu'une manipulatrice, elle est intelligente pourtant aujourd'hui toute sa tête, son âme, son corps sont persuadés qu'elle a fait de son mieux, qu'elle est une victime de mon pere. Sauf qu'aujourd'hui il a 54 ans et qu'il n'a que de la souffrance dans les yeux et un espoir fébrile de pouvoir un jour revoir son fils. Merci si vous lisez. Je cherches à comprendre, peut être une solution ou juste une oreille.

Vues : 51

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2017   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation