Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!

Bonjour, je m'appelle Mélinda, j'ai 27 ans, et j'ai besoin de "vider mon sac", besoin de savoir si quelqu'un a déjà été dans ma situation et s'en est sortie... C'est devenu vital pour moi car j'ai l'impression que je vais soit finir ma vie en hôpital psychiatrique, soit par désespoir immense vouloir en finir tout court... Alors que j'aime la vie normalement...

Je ne peux pas dire exactement quand ça a commencé, je dirais il y a peut être 1an. Je ne connais pas non plus les causes, c'est ça aussi qui est difficile à accepter. J'ai commencé par ressentir des sensations de malaises: sueurs, picotements dans le visage ou les mains, tête qui tourne, vision trouble, palpitations, l'impression que je vais mourir en bref... Ça arrive le plus souvent quand je suis dans un endroit d'où je ne peux pas fuir facilement et rapidement en cas de problèmes,et c'est accentué quand il y a des personnes avec moi.

Pourtant je suis quelqu'un de très sociable normalement, j'ai beaucoup d'amis, je fais partie de l'association de l'amicale des personnels de mon travail, j'aime aidé en général etc.

Il y a encore une semaine, le fait de rester chez moi me rassurait au moins. Je n'avais aucun symptômes, j'allais très bien, a part que j'étais triste de ne pas être capable de sortir, travailler, et faire ce que je veux...

Il y a 8 jours, mon psychiatre m'a prescrit des antidépresseurs et anxiolytique pour accélérer la thérapie que l'on fait et que je me sente mieux rapidement. Le problème, c'est qu'en prenant le seroplex le matin (5mg, la dose minimale), j'ai fini par me sentir très mal et vomir plusieurs fois. Suite à ça j'ai eu vraiment très mal au ventre. Au point de ne plus pouvoir manger, et difficilement boire. J'ai perdu 6kg. Mon copain m'a amené aux urgences, je la fait bref j'ai sûrement un ulcère, mais la fibroscopie est prévu que le 18 décembre donc je dois attendre pour être sûre...

En attendant on m'a donné des médicaments pour contrôler l'acidité de mon estomac. Le ventre va un peu mieux, même si je continue de ne quasiment rien manger. Mais mon vrai problème c'est l'angoisse.

Une angoisse qui devient très violente, au point de vouloir que tout s'arrête... J'ai l'impression que jamais je ne pourrais m'en sortir, que je vais finir par faire du mal à mon copain qui vit avec moi, ou à moi même, sans même m'en rendre compte car je serais devenu folle...

Je vous en prie, si quelqu'un se reconnaît dans ce que je dis et qu'il s'en est sorti, parlez moi... Je sais plus quoi faire... Aidez moi...

Vues : 41

Réponses à cette discussion

Bonjour,
Je viens de vous lire et j'ai été dans le même état que vous. Le seroplex devrait agir au bout de 15 jours. Par contre vous risquez d'avoir les effets secondaires qui vont accentuer votre angoisse. Prenez des anxiolitiques et allez marcher surtout même si vous avez peur de sortir. Je suis agoraphobe c'est la seule chose qui calmait mes angoisses. Si après 15 jours de seroplex ça ne va pas mieux, il faut prendre autre chose. Mais je sais ce que c'est, j'ai été comme ça pendant 1 an où je ne supportais pas les antidépresseurs à haute dose. Seul le depamide m'a aidé pour les angoisses.
Bon courage
Merci pour votre réponse,
Le problème c'est qu'à cause de ces vomissements et de cet ulcère qui sont arrivés juste après la prise du seroplex, j'ai fait comme un blocage avec... Et j'ai très peur d'en reprendre donc je n'en ai pas repris depuis ce premier cachet.
Les médicaments sont vraiment indispensables pour aller mieux ? On ne peut pas faire sans ?
Mon psy m'a aussi donné du seresta, mais j'ai peur de le prendre, en plus mon estomac fragilisée et je suis toujours à jeun...

bonjour melinda, je vais te donner un espoir

ne t'inquiete pas. ce que tu vis est plus ou moins répertorié dans la spasmophilie, c'est du à un etat d'angoisses extreme + carence magnesium (à force de stresser on epuise le stock de vitamines) entre autres

j'ai eu aussi des manifestation très impressionnantes qq semaine après des évenements traumatiques dans ma vie (deces père+avc de ma mère+vol de mon matériel professionel le lendemain: j'étais par terre). les insomnies ont commencé à me mettre dans un cercle vicieux stress--carences vitamines-fatique-spasmophilie-stress;

cela allait de sortes de douleur thoraciques (comme un couteau planté dans le coeur: ca faisait très mal), fourmillement et micro contraction musculaires autour des organes (intestins, estomac , poitrine, cou, yuex: c'est qu'une infirmière ma' expliqué), impression de ne plus voir net (yeux comme exorbités, mal aux muscles qui sont autour des yeux), impression d'étouffer, mal entendre, douluers à l'oreille, ... idem reflux garstrique, vomissements... ca se meinatenait aussi bien que ca pouvait arriver d'un coup (suite à un évt stressant)
parfois tout se manifestait en meme temps, là je n'arrivais plus ni à rien faire (allongé), ni à dormir. c'est comme si ton cerveau arrive à commander malgré toi des parties de ton corps que tu ne peux controler consciemment...

ca c'est arrété, le jour ou j'ai  compris pleinement que c'est réel mais mon mon corps cad ma tete (la peur) qui fabrique tout ca. et que j'ai appris à détecter la venue d'un crise. après ca a été fini.

tu n'est pas une malade imaginaire, tu ressens cela et c'est très desagreable...

ca a même faillit etre grave pour moi un jour:

un jour mon coeur s'est affolé et j'ai du appeler sos medecin. il a fait et dit exactement ce qu'il fallait:

- m'assurer qu'il ne me prenait pas pour un mytho et que cette impression que j'allais mourir étais réelle

- qu'en fait c'est mon corps qui mime une attaque, quoique je ressentais. electro cardiogramme 100% normal
- est venu avec bon calmant et m'a prévenu que ca mettrais 20min à partir

il m'a rassuré. par contre, il a évité de m'avouer que s'il il n'étais pas venu, je n'aurais pas pu tenir toute la nuit (SEUL) dans l'incertitude sur ce que j'avais....( et aurait fini par faire  un petit malaise  au bout de 4h)

depuis dès que je sens les petits effets de ces crises de spasmphilie/angoisse/???,:
je me dit: "dégage, je te connais déjà, je sais ce que tu es", ne fais plus attention.

et faire du sport aussi.
ca a mis qq mois à disparaître complètement....

donc il n'y a RIEN de grave derrière ces manifestations, seulement c'est très très desagreable et impressionnant.

je suis la preuve qu'on s'en sort.... et pourtant j'ai eu des sacrés crises à sentir la vue et l'ouie me faire défaut.. bon courage, on s'en sort déjà en comprenant bien que c'est ton corps qui mime des maladies.


Lis cela et tu vas te reconnaitre qq part et te sentir moins seule:

en gros, la spasmophilie est un terme fourre tout, avec diverses causes :
mais le pt commun est que ton corps se met à échapper à ton controle et faire n'importe quoi

"quand ça a commencé, je dirais il y a peut être 1an. Je ne connais pas non plus les causes, c'est ça aussi qui est difficile à accepter"  meme si tu t'en souviens pas, il y a du y avoir un ou plusiuers evts (pas forcement proche). pour des personnes hyper sensibles (très sujettes à ca), meme un simple propos peut déclencher qq chose, qq temps plus tard.

Bonjour, 

J'ai moi même pris à une période de ma vie des antidepresseurs. Je tiens à vous  dire qu'un traitement qui marche chez une personne ne fonctionne pas forcément pour une autre.

En ce qui me concerne, avec la prise d'antidépresseur, des envies suicidaires sont apparues. Cela se traduisait comme suit:

- en pleine nuit avec une sensation de chaleur me réveillait puis j'avais très froid, une oppression à la poitrine et  des envies suicidaires.

N'hésitez pas à évoquer  vos craintes  et vos pb depuis la prise de votre traitement à votre médecin.

En ce qui me concerne, (ATTENTION JE NE VOUS CONSEILLE PAS DE FAIRE LA MÊME CHOSE  CAR JE NE SUIS PAS MÉDECIN)  j'ai tout arrêté, je me suis mise à la marche, j'ai suivi les séances d'hypnose de M.LUBSZYNSKI  et je me suis forcée à sortir( forcée car je n'avais plus d'envie pour rien). En parallèle, j'ai fait de l'acupuncture, pris de la phytothérapie et des plantes adaptogènes. Je n'ai pas hésiter à changer de praticien  si ce dernier ne me convenait pas et cherchait avant tout à me bourrer de cachets.

Je vous encourage à revoir votre médecin pour adapter votre traitement ou le changer si ce dernier est mis en cause dans  les effets indésirables, à suivre une thérapie car les médicaments ne sont que des tuteurs et si un travail n'est pas fait cela ne sert pas à grand chose.

Pour conclure, il faut garder espoir comme on dit après la pluie le beau temps... courage

Merci à tous pour vos réponses et encouragements.. a l'heure actuelle il m'est impossible de concevoir que ça va aller mieux, j'ai l'impression qu'il y a plus rien a faire et que je resterai toujours bloqué dans cet état horrible...

RSS

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2019   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation