Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!

Bonjour à toutes et à tous, 

Je tiens à m'excuser par avance des fautes d'orthographe s'il devait y en avoir. 

Je m'excuse aussi pour la longueur du texte et je vous remercie sincèrement si vous êtes parvenu au bout de tout ça. 

Alors voilà pour vous mettre dans le contexte, j'ai eu une enfance au top ! Mes parents m'ont eu assez jeune et donc ils ont beaucoup pris soin de moi, je suis le grand frère d'une famille de 3 enfants. Mon petit frère est arrivé au monde quand j'ai eu 3 ans, et ma petite sœur à mes 5 ans. 

Quand mon petit frère est né mon père a trouvé un nouveau travail ou il devait partir très souvent en déplacement, parfois durant toute une semaine. De ce fait je devais souvent aider ma mère pour des "petites tâches". Je ne m'entendais pas trop bien avec mon frère comme il aimait détruire tout ce que les autres avaient, il est facilement jaloux. Quand ma petite sœur est née donc vers mes 5-6 ans mon père partait de plus en plus longtemps en déplacement pour le travail et ma mère se retrouvée avec de plus en plus de boulot, donc elle m'en demandait de plus en plus. 

Petit à petit le temps passa mais PROBLÈME mon frère faisait des grosses crises de colère, ma sœur avait des soucis de santé, mon père n'était jamais présent et ma mère pris un travail en tant que nourrice... Pour moi toute cette situation a commencée à virer au cauchemar, car forcément j'avais de plus en plus de grande responsabilité pour un jeune de mon âge, je fus des coups très vite très mature. Sauf que à l'école comme je devais être très mature à la maison, j'évacué toute cette pression durant les cours donc je ne me suis fait aucun ami. La commença une première descente pour moi, mon père venait de m'apprendre que j'avais une "nouvelle maman" alors que je venais à peine d'avoir 8 ans... 

Je n'osai plus rentrer chez moi le soir, car entre mon frère qui faisait des très grosses colères, ma sœur et les soucis de santé, ma mère qui venait de comprendre que mon père la trompée ... Finalement plus personne n'avaient le temps pour moi ... 

Le temps passa encore et encore, par la suite on à découvert que mon frère était dyslexique d'où les grosses crises de colère. Ma sœur alla de mieux en mieux, mais mon père lui devenait de plus en plus violant. Je me rappelle qu'un jour il frappa mon frère couché au sol à coups de pieds. La période du collège je l'ai juste "subi" ! J'ai toujours voulu allé en Création Innovation Technologique (CIT) pour travailler dans la création ou la nouvelle technologie. Sauf que mes professeurs m'ont dit que mon lycée de secteur ne proposait pas cette formation mais qu'il y avait une formation TCI donc les mêmes initiales. Je n'ai eu d'autre choix que d'accepter. (Bien entendu des personnes ont eu une vie plus dure que moi, je ne dis pas que j'ai eu la pire vie, je vous explique juste le contexte)

  

Pendant les vacances entre la 3ème et la 2nd j'ai rencontré une bande d'amis avec qui j'ai facilement réussi à "matcher". Des personnes qui ont remarqué mon environnement de vie et ma maturité. Grâce à eux j'ai pu rencontrer une fille, fille avec qui je suis sortie très très vite. En Décembre j'ai passé mon premier réveillon ailleurs que chez moi, je m'en souviens très bien car c'était vraiment exceptionnel. Un jour avec mon père on s’est disputé mais assez violemment, suite à quoi ma "belle famille" m'ont proposés de vivre chez eux. Chose que j’acceptai tout de suite. Pour en revenir à la formation TCI j'ai découvert qu'il s'agissait du travail du métal, en outre totalement autre chose que ce que je voulais faire. Mais bon j'ai eu beaucoup de facilitée j'ai donc continué mon année sans chercher à me réorienter, puis j'avais déjà assez de chose à penser. Donc durant l'année en question j'ai dû effectuer un stage dans une entreprise où pour eux sa a tout de suite "matcher", ils m'ont proposés de m'inscrire dans une école en alternance et de tout me payer. J'ai accepté. Je suis partie du lycée initiale pour aller dans un CFA dans une autre ville. Donc je dormais à l'internat. J'ai obtenu mon bac très facilement avec mention, au travail tout se passait super bien et en amour c'était que du bon (on se voyait une semaine sur deux quand je vivais chez elle). Le seul hic c'était ma famille que je ne voyais plus du tout et que le groupe "d'amis" que je faisais partie ont explosé et plus personne ne s'entendait.

J'ai poursuivis en BTS et là les choses ont commencé à être problématiques. Ma copine n'ayant eu aucune expérience avant moi, et moi aucune avant elle, je ne sais pas pourquoi mais on se le reprochait un petit peu mais très légèrement. Je ne sais pas pourquoi mais à ce moment-là j'étais devenu un enfoiré ... Je pensais qu'à moi et seulement moi, je la menaçais tout le temps de la quitter juste pour arriver à mes fins, sans raison ! En BTS j'ai eu des vrais amis avec qui on faisait tout à l'internat. Je ne cherche pas d'excuse mais c'est peut-être la raison pour laquelle j'avais trop confiance en moi et que j'ai agis ainsi avec ma copine. Bref j'étais un vrai CON ! Elle elle tenait tant bien que mal elle a même presque loupé son BTS par ma faute. Donc BTS réussi facilement mais couple très très fragile... 

Fin du BTS j'ai tenté de faire une école d'ing classé top 1 en chaudronnerie, sauf que je me suis ramassé violemment ! Gros choc pour moi car j'ai toujours eu une moyenne exemplaire et j'ai tout réussi depuis mon bac. J'étais un peu perdu mais j'ai pu me raccrocher à une Licence pro que la même école proposait. Ma copine commença elle aussi des études en licence pro donc en alternance, on a décidé de se prendre un appartement ensemble. Mon école était très très loin de là ou on habitait (6h de route) donc j'ai cherché un 2nd logement. Les cours duraient 2 mois puis j'avais 2 mois de travail, donc on se voyait pratiquement plus du tout alors qu'avant on était tout le temps ensemble. 

A la fin du BTS elle m'avait déjà quitté parce que j'étais devenu un super con, mais la durant l'année de la licence elle a pris la décision de mettre un terme définitivement à notre relation. Je suis exprès partie des cours pour la supplier, j'ai même tenté de me suicider plusieurs fois devant elle (oui je sais je suis un gros con) aujourd'hui encore je regrette tous mes gestes et mes comportements. Sa famille suite à sa ont décidés de porter plainte contre moi comme j’étais dangereux pour elle. D’ailleurs ils m’ont clairement dit qu’ils me détestaient, surtout elle. Bref j'ai ensuite été placé en hôpital durant un certain temps. "Grâce" à toute sa ma famille est revenue me parler et j'ai pu sortir pour réussir ma licence. 

Cela va bientôt faire 3 ans que tout ceci est passé, pourtant encore maintenant pour moi tout ça c'est comme si c'était hier. Mon frère et moi on s'est beaucoup rapproché, il a eu tellement peur pour moi qu'il m'a emmené dans tous les endroits ou-il a pu. Je sortais beaucoup en boite ou dans des bars alors qu'avant je ne faisais rien de tout ça, tout sa "grâce" à lui. Bon aujourd'hui j'aime plus trop tout sa mais bon. Avant de rencontrer cette fille je n'avais pas confiance en moi, elle a su durant tout le temps ou on était ensemble me redonner cette confiance. Si je suis resté aussi longtemps dans la branche de la chaudronnerie c'est parce que je voyais déjà loin dans l'avenir comme je suis une personne très sérieuse. Je voulais une maison, un mariage, des enfants ect... Donc je suis volontairement resté dans la branche là me disant que sa arrivera avec elle. Sauf que depuis que je l'ai perdu j'ai perdu "ma voie". J'ai fait pleins de bilan de compétences, de choses de ce type-là, j'ai fait du sport aussi, de la musique, bref toutes sortes d'activités pour penser à autre chose. Mais voilà aujourd'hui encore je n'arrive pas à trouver ce que j'aime, je me sens tellement vide et j'ai peur de tout.

J'ai perdu cette confiance en moi, je n'ose même plus aller dans une salle de sport ou faire quelque chose tout seul. A moins que ça soit vraiment nécessaire. De plus je l'aime encore tellement, je le sais, je fais tout pour ne pas y penser mais pourtant tout me la rappelle. Les personnes autour de moi (notamment les psychologues et les psychiatres) m'ont dit que ça ira avec le temps que dans 2 ans je l'aurais oublié ou que la douleur se sera atténuée. Mais non ! Rien n'y fais, pour moi c'est comme si c'était hier tout ça ! Je m'en veux terriblement d'avoir détruit notre couple en ayant agis comme un vrai con. Alors je sais très bien qu'il faut savoir se pardonner et que c'est une étape clé. Sauf que durant ces 6 ans où l'on était ensembles, ces parents étaient comme les miens, sa famille avait totalement remplacé la mienne. Quand je l'ai perdu j'ai perdu mon foyer, ma famille, ma raison d'avancer dans la vie. (Je sais très bien que j'ai construit ma vie en fonction d'une autre personne et c'est ce qu'il ne faut pas faire) 

Aujourd'hui je me retrouve seul à poursuivre vers un master en alternance dans Reims ou je ne connais personne et ou je suis trop timide pour y faire quelque chose. Déjà que de base j'ai des idées noires qui viennent parce qu'elle me manque et que je comprends beaucoup de chose que maintenant, mais là la solitude viens recouvrir tout cela. Le comble c'est qu'aujourd'hui c'est son anniversaire, et aujourd'hui elle annonce publiquement qu'elle se pacte avec son nouveau petit amie qu'elle a eu 2 mois après notre rupture. Je vous dis tout sa à cœur ouvert. Voilà je ne sais pas si c'est le bon forum, la bonne discussion pour dire tout ça mais bon honnêtement j'ai peur.

Merci à vous si vous avez eu le courage de tout lire et désolé encore de vous avoir fait perdre votre temps.

Vues : 89

Réponses à cette discussion

Histoire émouvante. ok que comptes tu faire maintenant?

Bonjour,

En tant que dépendante affective, je vois bien de quoi tu parles. C'est vrai que ton histoire et ton enfance t'ont conditionné à être dans le manque affectif, un père absent, un frère violent, une mère qui t'a confié des tâches d'adulte. Tu as dû terriblement manquer d'amour, et de marques d'affection.

J'ai connu ça aussi de manière beaucoup moins intense. Père absent, mère qui me dénigrait tout le temps.

Pas de violences physiques, mais beaucoup de violence psychologique.

Tout comme toi, j'ai eu une très belle histoire d'amour avec un garçon, qui a duré seulement 2 ans. Je pensais faire ma vie avec lui, mais je l'ai poussé à ma quitter par des comportements de jalousie, de possessivité, et ce malgré moi, je ne voulais pas lui faire ce mal là. Trop tard, il s'était déjà tourné vers une fille, et il a fini par me quitter, l'épouser, avoir 2 enfants avec elle. Depuis cette histoire, je me dis que j'ai "raté le coche" de construire quelque chose de sérieux, et je vais d'aventure en aventure.

Tout ceci pour te dire que ce problème de manque affectif, il faut travailler sur soi, apprendre à s'aimer car on a pas eu le SOCLE DE BASE de l'amour qu'on aurait dû avoir. Je souffre du même problème, et si j'ai vraiment un conseil qui me semble juste à donner à chaque personne qui est dans cette même situation, c'est de faire des exercices de méditation, de travailler sur soi, pour apprendre à se donner de la valeur, et ne plus avoir à s'accrocher à quelqu'un comme à une bouée de sauvetage.

Je te propose de regarder les vidéos de Jean Laval sur YouTube, moi, je sais que ça m'aide beaucoup. Il a plein de conseils super pour l'épanouissement personnel, et pour être heureux avec soi-même. Une fois que t'es trouvé ton propre bonheur, personne ne peut te le ravir, et les gens en veulent même, d'où le fait qu'il seront attirés vers toi, et tu pourras passer à une autre histoire.

Mais avant ceci, il sera bien pour toi de travailler sur le deuil de cette histoire, et accepter qu'elle est finie. C'est le plus difficile, et apprendre à s'aimer soi-même y aide grandement. J'ai mis plus de 4 ans à me détacher de ce garçon dont j'ai parlé un peu plus haut. Et ce n'est pas encore tout à fait réglé pour moi, donc patience, le temps et les efforts de pensées et d'actes font progressivement leur ouvrage pour de meilleurs jours à venir,

Courage à toi

Je vous remercie pour votre réponse et m'avoir raconté votre histoire très émouvante. Je vais suivre vos conseils, de plus en discutant avec  De Hugo Cyprien il m'a conseillé de faire du yoga donc je vais tenter l'expérience. 

Pour ce qui es de me "détacher" de cette histoire, ça va être très compliqué car comme dis plus haut j'ai régulièrement des objets, des situations, toues sortes de choses qui me font me rappeler ma vie d'avant. En fait j'étais tellement bien avant que maintenant j'ai beau remuer ciel et terre, rien ne me semble "agréable". Pourtant j'ai déjà eu l'occasion de pratiquer beaucoup de séance d'hypnose et de PNL mais bon rien n'y fait réellement. On me répète sans arrêt de laisser au temps le temps sauf que pour moi il défile mais mes sentiments ou ma mémoire eux ils restent intacts ... 

J'aimerais bien déjà "trouver" à nouveau une voie, un objectif à suivre. Mais pour sa il faudrait réussir à trouver ce que j'aime, et sa ce n'est pas gagné parce que malgré mes rendez-vous chez des psy je n'ai toujours pas réussi à "me connaître" enfin si je sais ce que je n'aime pas. Ensuite réussir à prendre confiance à nouveau en moi pour essayer d'aller de l'avant, pouvoir faire des choses seul. 

Merci encore pour vos conseils ! (désolé des fautes d'orthographe)

Mickaela M a dit :

Bonjour,

En tant que dépendante affective, je vois bien de quoi tu parles. C'est vrai que ton histoire et ton enfance t'ont conditionné à être dans le manque affectif, un père absent, un frère violent, une mère qui t'a confié des tâches d'adulte. Tu as dû terriblement manquer d'amour, et de marques d'affection.

J'ai connu ça aussi de manière beaucoup moins intense. Père absent, mère qui me dénigrait tout le temps.

Pas de violences physiques, mais beaucoup de violence psychologique.

Tout comme toi, j'ai eu une très belle histoire d'amour avec un garçon, qui a duré seulement 2 ans. Je pensais faire ma vie avec lui, mais je l'ai poussé à ma quitter par des comportements de jalousie, de possessivité, et ce malgré moi, je ne voulais pas lui faire ce mal là. Trop tard, il s'était déjà tourné vers une fille, et il a fini par me quitter, l'épouser, avoir 2 enfants avec elle. Depuis cette histoire, je me dis que j'ai "raté le coche" de construire quelque chose de sérieux, et je vais d'aventure en aventure.

Tout ceci pour te dire que ce problème de manque affectif, il faut travailler sur soi, apprendre à s'aimer car on a pas eu le SOCLE DE BASE de l'amour qu'on aurait dû avoir. Je souffre du même problème, et si j'ai vraiment un conseil qui me semble juste à donner à chaque personne qui est dans cette même situation, c'est de faire des exercices de méditation, de travailler sur soi, pour apprendre à se donner de la valeur, et ne plus avoir à s'accrocher à quelqu'un comme à une bouée de sauvetage.

Je te propose de regarder les vidéos de Jean Laval sur YouTube, moi, je sais que ça m'aide beaucoup. Il a plein de conseils super pour l'épanouissement personnel, et pour être heureux avec soi-même. Une fois que t'es trouvé ton propre bonheur, personne ne peut te le ravir, et les gens en veulent même, d'où le fait qu'il seront attirés vers toi, et tu pourras passer à une autre histoire.

Mais avant ceci, il sera bien pour toi de travailler sur le deuil de cette histoire, et accepter qu'elle est finie. C'est le plus difficile, et apprendre à s'aimer soi-même y aide grandement. J'ai mis plus de 4 ans à me détacher de ce garçon dont j'ai parlé un peu plus haut. Et ce n'est pas encore tout à fait réglé pour moi, donc patience, le temps et les efforts de pensées et d'actes font progressivement leur ouvrage pour de meilleurs jours à venir,

Courage à toi

Bonsoir kevess67
Ton histoire fait écho à la mienne, à
Un détail près je suis une fille.
Une maman dépressive (pour cause :8enfts, 1mari qui part avec une autre et un boulot de nuit..) qui dort le jour et bosse la nuit.
Pour moi c'était toutes les tâches qu'une maman qui ne dort pas doit faire.
Sans compter de devenir styliste qui ne se réalisera jamais. Sans compter tt le reste. Bref.. la fougue de la jeunesse fait que l'on se forge inconsciemment un bouclier.
Puis à 35 ans, une mère malade (cancer) seule à m'en occuper (mes frères et sœurs ont déserté) en pleine reconversion professionnelle, un mari désobligeant puis un burn out .tout remonte à la surface.
Aujourd'hui j'ai analysé avec l'aide d'un psy au début puis seule et j'apprends à écouter quel message la vie veut me faire passer.
J'ai appris à dire non au risque de faire de la peine aux autres et de ne pas être appréciée (très dure au début ..surtout pour une enfant qui a toujours entendu sa mère lui dire qu'elle ne l'a voulait pas..).
J'ai appris à prendre du temps pour moi.
Aujourd'hui ce que j'ai envie de te conseiller, c'est d'accepter les émotions qui te traversent. Un jour on m'a dit : "dans la vie on ne peut pas tout maîtriser, il faut accepter de ne pas avoir la main sur des évènements ou nos émotions..."c'est pas toujours simple, je te l'accorde.
Un jour, j'ai lu dans un livre que les guêpes qui cherchent à rentrer par la fenêtre fermée d'un logement , ne va cesser de se cogner sur la vitre jusqu'à l'épuisement et mourir. L'abeille elle va se cogner une fois contre la vitre mais va repartir lorsqu'elle va se rendre compte qu'elle ne peut pas rentrer. Il faut savoir lâcher prise.
Cette période de ma vie aussi malheureuse fut elle , m'a permise d'analyser :
1 ce qui c'est passé, ce que j'ai pu ressentir et à quoi cela me renvoyait
2 ce que je voulais pour demain ce que tu ne veux plus.
J'ai appris à écouter mon corps, me reposer quand je me sens fatiguée (alors que je suis hyper active).
J'ai appris à lâcher prise.
Je me suis remise au sport (un peu dur au début car la déprime n'aide pas)
Je t'encourage à faire de même.
Ne reste pas dans ta solitude.Ouvre toi aux autres. Va de l'avant ne te laisse pas anéantir par ton passé.
Le passé doit rester derrière toi. ..Ce qui ne tue pas rend plus fort

Je suis convaincu que tu va t'en sortir. Tu as su analyser beaucoup de choses déjà. C'est un grand pas .

J'espère à travers ce roman que je viens d'écrire que cela te donnera quelques pistes pour t'en sortir sans oublier que ce qui est valable pour une personne ne l'ai pas forcément pour une autre . De ne sont que des pistes de réflexion.

Bon courage . Regarde devant et laisse le passé derrière le monde t'appartient.
Bonne lecture.
PS désolée. Après relecture certaines phrases sont pas très cohérentes. Écrire d'un portable pas top pour moi. J'espère que tu arriveras à me relire..

Je vous remercie de votre réponse, et de m'avoir confié une partie de votre vécu.

Vous avez entièrement raison sur le fait qu"il faut savoir "lâcher prise", je pense que sa c'est un des éléments les plus importants dans une vie. Seulement voilà on est tellement formatés et bridés à ne jamais abandonner que quand la situation deviens critique on arrive "pas" ou pratiquement "pas" à "lâcher prise". Pour imager la chose en reprenant l'histoire de la guêpe, c'est comme si à force de voir les autres tenter plusieurs fois de passer par le "fenêtre" ba la guêpe s'obstine à faire la même chose que ce qu'on lui a montré. 

En tout cas vous avez aussi raison sur le 1er point qui es d'analyser le passé et de voir comment se "recréer". Seulement c'est dans la 2nd partie que je suis coincé, c'est à dire que j'ai un certain recule sur mon passé, je sais très bien que pour ma part la relation que j'avais est finie. Mais je n'arrive pas à me "connaître", je n'arrive pas à trouver des choses qui me plaisent. Pourtant cela va bientôt faire 3 ans, donc on ne peux pas dire que c'est "sur le coup". Plus le temps passe, plus j'essai de faire des choses mais moins j'ai envie de m'investir et plus je perd espoirs. Enfin j'ai remarqué que plus le temps passe et moins j'ai confiance en moi, j'irais même à dire que je pense développer petit à petit une phobie sociale mais sa sa reste à confirmer par des psys dans les prochains temps. 

Enfin bon tout cela pour dire que oui effectivement il faut savoir lâcher prise, il faut réussir à nous connaître nous-même puis seulement après construire quelque chose. Mais bon vous l'avez dit vous même c'est "plus facile à dire qu'à faire". 

Merci pour votre soutien, votre temps, et très bonne soirée à vous.

Un jour a dit :

Bonsoir kevess67
Ton histoire fait écho à la mienne, à
Un détail près je suis une fille.
Une maman dépressive (pour cause :8enfts, 1mari qui part avec une autre et un boulot de nuit..) qui dort le jour et bosse la nuit.
Pour moi c'était toutes les tâches qu'une maman qui ne dort pas doit faire.
Sans compter de devenir styliste qui ne se réalisera jamais. Sans compter tt le reste. Bref.. la fougue de la jeunesse fait que l'on se forge inconsciemment un bouclier.
Puis à 35 ans, une mère malade (cancer) seule à m'en occuper (mes frères et sœurs ont déserté) en pleine reconversion professionnelle, un mari désobligeant puis un burn out .tout remonte à la surface.
Aujourd'hui j'ai analysé avec l'aide d'un psy au début puis seule et j'apprends à écouter quel message la vie veut me faire passer.
J'ai appris à dire non au risque de faire de la peine aux autres et de ne pas être appréciée (très dure au début ..surtout pour une enfant qui a toujours entendu sa mère lui dire qu'elle ne l'a voulait pas..).
J'ai appris à prendre du temps pour moi.
Aujourd'hui ce que j'ai envie de te conseiller, c'est d'accepter les émotions qui te traversent. Un jour on m'a dit : "dans la vie on ne peut pas tout maîtriser, il faut accepter de ne pas avoir la main sur des évènements ou nos émotions..."c'est pas toujours simple, je te l'accorde.
Un jour, j'ai lu dans un livre que les guêpes qui cherchent à rentrer par la fenêtre fermée d'un logement , ne va cesser de se cogner sur la vitre jusqu'à l'épuisement et mourir. L'abeille elle va se cogner une fois contre la vitre mais va repartir lorsqu'elle va se rendre compte qu'elle ne peut pas rentrer. Il faut savoir lâcher prise.
Cette période de ma vie aussi malheureuse fut elle , m'a permise d'analyser :
1 ce qui c'est passé, ce que j'ai pu ressentir et à quoi cela me renvoyait
2 ce que je voulais pour demain ce que tu ne veux plus.
J'ai appris à écouter mon corps, me reposer quand je me sens fatiguée (alors que je suis hyper active).
J'ai appris à lâcher prise.
Je me suis remise au sport (un peu dur au début car la déprime n'aide pas)
Je t'encourage à faire de même.
Ne reste pas dans ta solitude.Ouvre toi aux autres. Va de l'avant ne te laisse pas anéantir par ton passé.
Le passé doit rester derrière toi. ..Ce qui ne tue pas rend plus fort

Je suis convaincu que tu va t'en sortir. Tu as su analyser beaucoup de choses déjà. C'est un grand pas .

J'espère à travers ce roman que je viens d'écrire que cela te donnera quelques pistes pour t'en sortir sans oublier que ce qui est valable pour une personne ne l'ai pas forcément pour une autre . De ne sont que des pistes de réflexion.

Bon courage . Regarde devant et laisse le passé derrière le monde t'appartient.
Bonne lecture.

RSS

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2018   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation