Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!


Des millions de personnes dans le monde souffrent de trichotillomanie. Ce problème génère souvent beaucoup de honte de secret ce qui rend ce problème plus difficile à résoudre. Mais sachez une chose: vous pouvez le vaincre !
La trichotillomanie est définie comme un modèle de comportement compulsif qui consiste à s’arracher les cheveux ce qui crée des pertes de cheveux importantes. Les personnes qui souffrent de trichotillomanie ressentent beaucoup d’embarras et de honte ce qui les pousse à cacher ces pertes de cheveux, soit en utilisant des perruques, des chapeaux, ou bien en évitant certaines activités qui pourraient le révéler, comme nager, faire des activités en plein air ou même avoir une certaine intimité physique avec un partenaire.

Certaines études montrent que 3% de la population souffrent de ce trouble, notamment les femmes. Ce trouble apparaît vers la fin de l’enfance ou pendant l’adolescence et est accompagné d’un taux élevé d’anxiété et de dépression.
L’arrachage de cheveux n’est pas une activité aléatoire, mais elle suit typiquement un schéma précis. Identifier ce schéma est une des clés qui permet de traiter définitivement ce problème.

La trichotillomanie peut inclure les cheveux de n’importe quelle partie du corps : tête, visage, parties génitales et autres. Beaucoup de gens ayant ce trouble ce centrent sur une caractéristique du cheveu : sa couleur, sa texture, sa taille et peuvent les avaler dans certains cas.

En général, ils engagent cette activité dans des lieux privée où ils ne seront pas observés. Cela arrive lorsqu’ils s’adonnent à des activités sédentaires, comme regarder la télé ou faire les devoirs. Cela arrive également durant des activités en solo qui ne demandent pas beaucoup d’attention, comme pendant leur douche ou l’arrêt à un feu rouge.

Une variété de sensations ou d’émotions inconfortables est à l’origine de cette compulsion. Ces inconforts peuvent déclencher un épisode d’arrachage de cheveux. Par exemple, de l’anxiété, de la tensions, de la colère, de la frustration ou de l’ennui. Cela inclus des sensations physiques – tension musculaire ou une vague sensation de ne pas « se sentir bien »- ou des pensées négatives sur soi.

Les gens s’arrachent les cheveux très fréquemment pour réduire cet inconfort et il n’est pas rare que s’arracher les cheveux procure de plaisir. Mais ce n’est pas toujours le cas, car beaucoup de gens souffrant de trichotillomanie s’arrachent les cheveux sans inconfort, mais uniquement par automatisme, sans y prêter attention.

Les thérapies brèves sont très efficaces pour traiter ce trouble. La méditation est également un outil très efficace pour rester ancrer dans le moment présent et par conséquent, éviter ce genre de schéma automatique.

Vues : 6434

Commenter

Vous devez être membre de Tous psys! pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Tous psys!

Commentaire de CVB le 24 janvier 2014 à 14:40

bjr,

je voudrais savoir si après avoir vaincu la trichotillomanie, les cheveux repoussent normalement ou la perte est-elle définitive ?

merci de votre aide

Commentaire de Dupont le 13 décembre 2012 à 23:17
Je voudrais tellement arrêter, je me sens tellement dépendante de ce toc...
Commentaire de SANDRINE le 2 septembre 2011 à 21:28

Merci de votre réponse concernant  ma question sur les similitudes entre l'automutilation et la trichotillomanie. Je n'avais pas très bien cerné la différence entre les deux, merci pour ces précisions.
Bien à vous,

Sandrine.

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2018   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation